www.artsomdede.com Un voyage en Peinture d'Art et en Photographie...   


?    Accueil    Peinture d'art    Photographie    Info-Contact   envoyer un courriel


 
Technique aquarelle


..sur le papier humide.



   La capacité de maintenir son attention sur le travail...



Séance de travail chez des amis au Pays de Galles.



Somboon chez elle.


   Somboon entourée d' admirateurs essaie de peindre à l'occasion du Nouvel An Mhong
à Luang Prabang, Laos...
   La spontanéité requise par cette technique n'autorise pas vraiment de correction lorsque les couleurs sont appliquées, les mélanges nuancés des teintes devant imprégner le papier toujours humide. La réussite dépend d'une grande dextérité manuelle, doublée d'une acuité visuelle pointue. La première étape importante consiste à repérer et observer intensément un sujet, souvent par une étude sous forme d’ébauches à l'encre.
    La composition définitive en tête, Somboon peut amorcer la réalisation proprement dite en se polarisant sur la lumière du moment. Somboon a dû développer une véritable capacité de dédoublement de personnalité pour être capable de soutenir un haut degré de concentration sur son aquarelle tout en répondant aimablement aux badauds qui ne manquent pas de l'entourer.
   Les oeuvres regroupées dans la rubrique des peintures ont la particularité d’être exécutées pour la plupart in situ. L'aquarelle offre l'avantage d' être aisément transportable et facile à mettre en oeuvre une fois sur place (sauf dans le désert) puisqu'il suffit de trouver un peu d' eau.
   La partie des oeuvres élaborées en studio englobe des compositions florales toujours créées à partir de fleurs fraîchement arrangées et des travaux de décoration construits autour du thème et du style sélectionnés pour la commande. Dans le cas des créations plus personnelles, l'artiste puise dans sa mémoire les éléments accumulés au cours de ses longues observations pour les recomposer dans la trame de l’oeuvre issue de sa réflexion. De fait l'aquarelle est devenue le média de prédilection qui fournit à Somboon Phoungdorkmai le meilleur outil pour délivrer instantanément le produit de ces lentes incubations.


Artiste, Somboon Phoungdorkmai
     Aînée de 5 enfants, Somboon Phoungdorkmai a vu le jour en 1959 dans la province de Prachinburi, à mi-chemin entre Bangkok et la frontière Cambodgienne. Somboon commença très tôt à récupérer papiers et bouts de carton pour y dessiner et découper ce qui deviendrait ses poupées, éprouvant de fait un plus grand plaisir durant leur conception que durant leur usage de jouet proprement dit. Son intérêt pour le dessin et la peinture s’affirmait clairement, l'enfant avait découvert sa voie.
    Adolescente têtue, Somboon dut lutter farouchement contre la volonté de sa mère avant d'accéder au Collège d’art Thaivichisilp puis au Collège d’Arts et Métiers de Poh-Chang à Bangkok, pour une fois passée à l'âge adulte, devenir professeur là-même où elle avait étudié, un compromis assurant son avenir tout en gardant le contact avec l'art.
     D'interminables heures de trajets entre son domicile et le collège ajoutées à l'émulation du Van Group, une bande de copains avec lesquels Somboon exposait sa vision de la société aux travers d'oeuvres surréalistes, la décidèrent à quitter définitivement l'enseignement pour se consacrer exclusivement à ses projets artistiques.
    Éclectique dans ses travaux, Somboon affectionne particulièrement l'aquarelle qui lui permet de travailler spontanément in situ. Ainsi, les fleurs , la nature et les paysages sont devenus ses sujets de prédilection, au travers desquels elle peut cultiver un sens aigu de l'observation et une profonde aptitude à la concentration pour transcrire subtilement les lumières et les couleurs du temps.     Ces compétences ont pu opérer à plein lors de la rencontre avec les temples réputés d'Angkor, où elle séjourna plusieurs mois et produisit un abondant et riche travail finalement publié dans un ouvrage qui scella la reconnaissance de son talent en Thaïlande et au-delà des frontières. Sur sa lancée Somboon enchaîna avec une étude, de la maintenant renommée, ville de Luang Prabang au Laos, augmentant son crédit auprès d'un public toujours plus sensible à son toucher, mélange de style figuratif et impressionniste qui restitue subtilement l'atmosphère des places dépeintes.
 

Photographe, Andre Lurde

Le photographe au travail....
Pardon, son assistant.


    Assis au milieu d'un groupe de bonzes
du Vat Sen à Luang Prabang, Laos.

  

Naissance en Mai 1959, à Sétif (Algérie), nationalité Française.
   D'un parcours riche en découvertes, vous remarquerez sans doute l'attention portée aux détails et attitudes qui permettent d'espérer découvrir, dans nos ressources culturelles et intellectuelles, la force de s'affranchir de la violence récurrente caractérisant notre monde. Les tranches de vie, dévoilées ici dans leur quotidien anodin, ne possèdent assurément pas le piment et l'impact d'images issues d'une actualité largement portée sur les désastres labourant notre terre. Elles visent plus à dévoiler l'essence d'une activité humaine qui se révèle être des plus intéressante et instructive lorsqu'on veut bien se donner le temps de l'observer.
   Les polémiques lancées autour de la photographie sont inutiles, alors qu'il est établi une bonne fois pour toute que la capture des images dans un cadre au gré des lubies de son manipulateur est automatiquement réductrice et partiale. En contre partie la photographie s'avère unique en tant que vecteur de la curiosité. Elle éveille l'intérêt de ses acteurs, producteurs ou consommateurs, en forçant à aiguiser le sens visuel et la concentration, en titillant la sensibilité, ouvrant en conséquence la voie de l'épanouissement.
   Le paradoxe de l'appareil photographique qui sert à regarder le vaste monde en le concentrant sur des films guère plus grands que des timbres poste, et l'ambiguïté d'une attitude qui consiste à cacher son visage derrière le boîtier pour aborder les inconnus, s'associent étrangement pour mystifier cette avidité de tout voir et tout connaître. Les images captées à la lumière de ces incohérences m'encouragent, sous couvert des inepties de mon raisonnement, à répondre "oui ça vaut la peine" à la question suggérée dans un livre du sociologue Français Alain Touraine, " pourrons nous vivre ensemble?"; ceci quand bien même des clichés d'une autre nature, amalgame pervers d'"information" et de fiction, inondent le quotidien et nous incitent à envisager le contraire.
   L'objectif (de l'appareil photo) très subjectif procure satisfaction lorsqu'il renvoie, via le film ou le tirage, un peu de la composition visée; l'importance du résultat apparaît toutefois négligeable face au plaisir émanant d'une démarche qui consiste à prendre le temps de regarder autour de soi pour s'en abreuver, y trouver place, y progresser. Si les quelques photographies exposées sur ce site provoquent, chers visiteurs, cette même envie de regarder, j'aurai partager un peu de mon enthousiasme et n'aurai pas complètement perdu mon temps à vous faire perdre le vôtre.

         Principales expositions
   Duo avec l'artiste peintre, Somboon Phoungdorkmai
-1998 An artist in Luang Prabang, Rajanakarn Building, Bangkok, Thaila'and
-1999 An artist in Luang Prabang, Royal Meridien Phuket Yacht Club, Thailand
-2000 Au Coeur de l’hôtel, Royal Meridien Phuket Yacht Club, Thailand
-2001 Regards croisés, Boathouse Gallery, Phuket, Thailand
-2008 Letter from Hanoi, Akko Art Gallery, Bangkok, Thailand

Collective:
-2008 Asia Art Link, National Museum in Hanoi, Vietnam
-2008 Enchanting Nonthaburi portraying.
-2008 Air France 75th anniversary, Grand Palais in Paris, France - (Selection of the National Geographic France)
-2009 April:Collective exhibition Black Market, Bangkok Art Center Museum, Thailand

   Solo:
-2009 The banks of the mekong in Luang Prabang,
         Town hall city of Boulogne/Gesse, Southern-France


Copyright: Somboon Phoungdorkmai – Andre Lurde – Artsomdede.